Retour accueil

Yves Jégo


Maire de Montereau-fault-Yonne
Député de la 3ème circonscription de Seine-et-Marne



AccueilFaisons connaissanceMes mandatsMes engagementsNotre mobilisationMes combats
Mieux Vivre||ensemble Préparer|l'avenir||de nos enfants Faire|entendre||la voix du Sud 77 Besoin de liberté?|Besoin de fraternité ?||Rejoignez la famille UDI Protéger||notre environnement|et notre patrimoine Défendre||l'emploi local Besoin|d'avenir ?|Besoin d'Europe ?||Rejoignez la famille UDI

Mieux Vivre


ensemble

Accueil > Notre mobilisation > Défendre le Sud 77 > Reconquérir nos ressources en eau
Notre mobilisation

Reconquérir nos ressources en eau



Aqueduc Eaux de Paris à Moret-sur-LoingLa Seine-et-Marne est un département riche en eaux de surface, mais aussi en eaux souterraines. C’est un bien précieux non seulement pour la consommation des familles, mais aussi pour l’activité agricole. Pourtant, chaque année, des restrictions dans l’utilisation de l’eau perturbent fortement la vie du département.

Depuis plus d’un siècle, la Ville de Paris prélève dans le sous-sol une part importante de cette ressource. Ainsi chaque année, ce sont 50 millions de m3 d’eau dont les seine-et-marnais sont privés. Cette ponction représente l’équivalent de la consommation de la moitié des habitants du département !

Cette exploitation du sous-sol seine-et-marnais, effectuée par la régie des Eaux de Paris, s’effectue sans aucune contrepartie financière. C’est ainsi que le prix de l’eau pour les parisiens est en moyenne d’un peu moins de 3 € le m3, alors qu’il est en moyenne 40% plus cher en Seine-et-Marne (en moyenne 4,14 € le m3 avec des pointes à plus de 5 €).

A l’heure où les ressources en eau se raréfient, cette situation n’est plus acceptable.

D’autant que dans le même temps la Ville de Paris décide, pour des raisons d’économie et afin de faire baisser le prix du m3 d’eau pour ses propres habitants, de fermer une usine de traitement des eaux de surface qui produisait, encore il y a peu, précisément 50 millions de m3 par an.

En maintenant cette usine en activité, la Ville de Paris aurait parfaitement pu garantir la même ressource à ses habitants, tout en rendant aux Seine-et-Marnais l’équivalent de la moitié de leur consommation annuelle !

Plus grave encore, la régie des Eaux de Paris s’apprête à vendre une partie de l’eau en provenance de Seine-et-Marne, à d’autres collectivités comme la Communauté de communes des Lacs de l’Essonne dont le président annonce une baisse spectaculaire du prix au m3. Annonce pour le moins provocante de cet élu, alors qu’il s’agit d’eau prélevée sans contrepartie en Seine-et-Marne...

Ainsi, la Seine-et-Marne continuerait de subir des restrictions drastiques dans sa consommation, alors que sa ressource en eau serait utilisée gratuitement par d’autres ?

A la demande d’Yves Jégo, la ministre de l’écologie a accepté de diligenter une mission d’enquête sur cette dérive, car il s’agit désormais de dénoncer ce pur scandale et d’engager un combat politique pour :

  • exiger que la régie des Eaux de Paris ne commercialise pas l’eau prélevée en Seine-et-Marne,
  • mettre en place, par voie législative, une taxe au profit des communes du département sur chaque m3 d’eau ponctionné dans notre sous-sol,
  • récupérer à terme nos 50 millions de m3 d’eau annuels en obligeant la Ville de Paris à réactiver ses usines de traitement des eaux de surface.

C’est un enjeu majeur pour l’avenir du département, il est indispensable de préserver les ressources naturelles et d'éviter que le sous-sol ne soit pillé sans contrepartie.

Outre la récupération des ressources en eaux, il s'agit également de préserver et de valoriser le patrimoine naturel seine-et-marnais. Nous devons par conséquent être totalement mobilisés contre l’exploitation du gaz de schiste ou l’extension inconsidérée des carrières.

rejoignez-moi sur facebook
Liens|Contacts|Mentions légales|Plan du Site